• Instagram
  • Gris Spotify Icône
© Anne-Sophie Piron & Thomas Rodriguez

LE CANADA COMME LES CANADIENS

NOTRE EXPÉRIENCE AVEC WORKAWAY

Lorsque nous avons quitté la Belgique, nous savions déjà que nous ne voulions pas nous installer dans un lieu en particulier au Canada. Nous avions prévu de voyager beaucoup, ce qui n’est pas forcément compatible avec un boulot et un bail de location! D’un autre côté, il nous fallait nous poser un peu, histoire d’atterrir (llittéralement), de se trouver une voiture et de l’aménager. Louer un Airbnb pendant quelques semaines, ce n’est pas non plus la meilleure option ($$$). Nous avons donc décidé de tenter l’aventure de Workaway.  

WORKAWAY...

QU'EST-CE QUE C'EST ?

​Workaway, c'est une plateforme qui met en relation des hôtes du monde entier avec des voyageurs/travailleurs, comme nous. Pour y avoir accès, il faut s'inscrire et payer une petite cotisation (40€ pour un couple). Celle-ci est valable pendant 1 an. Nous en avions entendu parler quelques fois et les retours étaient toujours positifs alors, nous avons décidé de nous lancer. 

Le principe est super simple: choisir un pays, une province, une ville même et/ou des mots clés. Ensuite, parcourir les annonces et postuler à celles qui vous parlent! Les annonces sont généralement très complètes, les hôtes décrivent leur environnement, ce qu'ils font, ce qu'ils attendent de vous, ce qu'ils ont à vous offrir,... Il y a également une ligne du temps complétées suivant un code couleur, ce qui vous permet de connaître les disponibilités et des indications telles que le taux de réponse, la note d’activité et le nombre de commentaires.

Il y a différents types de Workaway.

Certain proposent des travaux rémunérés (en tant que saisonnier par exemple) dans des B&B, des centres de vacances ou des complexes touristiques. Là, la plupart du temps, vous partagez votre chambre/logement avec d'autres saisonniers et workawayersD'autres ne prévoient pas de rémunération mais offre le gîte et le couvert (ce qui est non négligeable, surtout pour des "grosses bouffe" comme nous) et ne demande que quelques heures de travail par jour.

Il y a aussi plein de formules différentes : dans une famille, chez un couple, une personne seule, dans un hôtel, une auberge de jeunesse, un camping,… Et les tâches sont variées : baby sitting, entretien de la maison, du jardin, aide à la ferme, accueil, animation, construction, réparation,…

Les séjours peuvent durer 1 semaine, 1 mois, 6 mois, 1 an… Ca dépend ! Certains hôtes exigent une durée de séjour minimum en fonction du travail demandé. Mais tout est toujours indiqué clairement sur le profil. Si pas, vous pouvez de toute façon les contacter et leur demander.

Workawayer au Canada

- notre expérience -

La recherche:

Nous avons été surpris de voir à quel point les hôtes étaient nombreux et répartis dans toutes les provinces! Ce qui nous a laissé l'embarras du choix.

Nous avons personnellement préféré les hôtes qui ne souhaitaient pas accueillir plus de 1 ou 2 workawayer à la fois. Nous avons également préféré les familles et les couples. Nous voulions avoir l'occasion d'échanger avec nos hôtes et de partager leur quotidien, de découvrir leur mode de vie et leur culture. Nous avons postulé à plusieurs endroits et nous avons, en règle général, toujours reçu une réponse, qu’elle soit positive ou négative. C'est ainsi que nous avons atterri à Delta, dans l'Ontario! Notre favori.

 

Pourquoi là-bas?

Tout simplement parce que quand nous sommes arrivés au Canada, nous avons choisi d'atterrir à Montréal et que nous voulions que notre 1er Workaway se situe dans la campagne, pas trop loin. Delta se trouve à 2h30 de Montréal en bus ou en train. L'annonce nous a plu, le travail avait l'air sympa, nous avons donc pris contact avec Karen et Richard. Après quelques échanges d'email, nous voilà parés! Nous avons évidemment commencé à chercher assez longtemps à l'avance, plus ou moins 2 mois avant le départ et nous avons veillé à donner de temps en temps des nouvelles à Karen pour s'assurer que le plan ne tombe pas à l'eau. 

1/4

Notre quotidien à la ferme :

Karen et Richard pratiquent l’élevage biologique de porcs, volailles et de moutons. Ils possèdent un très grand terrain et une ancienne ferme qu’ils rénovent au fil des saisons. Ils ont 2 chiens de maison et 3 chiens qui gardent les autres animaux. A la ferme, nous avions notre propre chambre et nous partagions la salle de bain. C’était un peu rustique, certes, mais nous disposions de tout le confort nécessaire !

Notre principale tâche était de nourrir les moutons, les poules et les chiens qui gardent tout ce petit monde deux fois par jour : à 8h et à 16h. Ce qui prenait tout de même un peu de temps puisque les moutons et les poules se trouvaient à environ 2km à pieds de la ferme, mais toujours sur la propriété.

Le reste de la journée était libre, mais bien sûr, il y avait toujours quelque chose à faire ! Karen et Richard travaillent en général toute la journée mais ils ne veulent pas exploiter les workawayers. Si vous voulez aider, c’est génial ! Si pas, vous pouvez vous occuper comme vous le souhaitez.

Nous partagions tous nos repas avec nos hôtes et tout était préparé à base de produits biologiques, de la ferme ou d’autres commerces locaux. Karen cuisinait la plupart du temps mais pas toujours, parfois, c’était nous.

Fun fact : Au Canada, les gens soupent (dînent, pour nos amis Français) très tôt. A la ferme, le souper était généralement servi à 17h30.

Nous partagions beaucoup de moments avec nos hôtes et nous participions à toutes les tâches quotidiennes ! Le rangement, la vaisselle,… Le soir, nous ne retrouvions tous dans le salon pour regarder un film.

Thanksgiving

Au Canada

Nous avons eu la chance de pouvoir partager des moments de fête aussi avec la famille ! Karen et Richard ont deux fils, qui ne vivent plus à la maison. Nous avons fêté Thanksgiving tous ensemble.  

Nous avons absolument adoré notre expérience. Nous avons appris énormément et nous avons tissé de vrais liens avec nos hôtes. Nous sommes restés 5 semaines chez Karen et Richard et je peux vous assurer que ça a été difficile de partir. C’est incroyable quand même de se dire que ces gens ont pris soin de nous comme si nous faisions partie de leur famille, en échange de quelques petites heures de travail ! Si on peut même appeler cela « du travail ».

1/1

​Trucs et astuces

Le mieux avant de chercher, c'est de savoir déjà plus ou moins où vous voulez aller, combien de temps vous voulez y rester, de s'assurer que ce qu'on vous offre correspond à vos attentes et évidemment, que vous vous sentiez capable de répondre aux attentes de votre/vos hôte(s). Parce que Workaway, c'est avant tout un échange. Si ça ne va que dans un sens, ça ne peut pas fonctionner.

Faites votre part :

Il est évident qu’il est plus qu’important de lire le profil de votre hôte en entier et en détail ! En règle général, ceux-ci prennent le temps d’expliquer clairement leur mode de vie (habitudes alimentaires, croyance,…) et il est important que vous soyez sûrs que celui-ci corresponde au vôtre (concernant la consommation d’alcool, de tabac ou de viande, par exemple…)

Votre profil :

C’est votre carte de visite. Soyez surs qu’une fois votre demande envoyée, votre potentiel futur hôte viendra y jeter un coup d’œil. Il est donc important que vous preniez le temps de le remplir et d’être le plus précis possible. Parlez de vous, de votre projet, ce que vous aimez dans la vie, ce que vous recherchez, ce que vous pouvez apporter,…

Et si ça ne fonctionne pas ?

Il se peut que rapidement après votre arrivée, vous vous rendiez compte que ça ne peut vraiment pas fonctionner. Dans ce cas, le plus important c’est d’être honnête avec vos hôtes. Rappelez-vous qu’aucun contrat ne vous lie et que c’est avant tout une expérience d’échange. Si ce n’est pas pour vous, il ne vaut mieux pas vous forcer au risque de devenir désagréable ou irrespectueux envers les maîtres de maison.

Attention

L’expérience Workaway s’apparente à du bénévolat et en Amérique du Nord comme dans d’autres pays, il faut obtenir un visa/permis spécial pour effectuer ce genre de mission ! Aux Etats-Unis, vous pouvez rester jusqu’à 90 jours en tant que touriste et au Canada, jusqu’à 6 mois. Le tout, c’est de ne pas mentionner que vous faites du bénévolat. Dites que vous allez chez votre tante ou cousin ou autre, et ça devrait bien se passer. Si le travail est rémunéré par contre, évitez.

1/4