Acheter une voiture au canada

Saga complète : notre expérience et nos conseils

Quand on veut voyager à travers un pays aussi grand que le Canada, la voiture s’avère être le moyen de transport le plus pratique (et parfois, le plus économique - les vols intérieurs coûtent très chers!) Ainsi, nous n’avons pas hésité une seule seconde : une fois sur place, nous nous lancerons à la recherche du véhicule de nos rêves.

Commençons par le commencement.


Une fois que nous sommes arrivés au Canada, nous avons décidé d’attendre notre arrivée dans notre premier Workaway pour nous lancer dans la recherche de notre voiture. Pourquoi nous avons attendu ?

  • Premièrement, on s’est dit qu’on aurait plus de temps pour trouver ce qu’on cherchait.

  • Deuxièmement, les taxes de vente de l’Ontario sont inférieures à celle du Québec (les radiiiiiins)

  • Troisièmement, le contrôle technique québécois est réputé pour être vraiment minime.

  • Quatrièmement, Karen et Richard ont donné leur accord pour qu’on utilise leur adresse pour l’assurance et la voiture. Une fois à la ferme, nous nous sommes donc lancés dans une intense recherche.

 


Ce que nous cherchions ?


Un 4X4 (bah oui, faut avouer que c’est quand même bien pratique, l’hiver au Canada, tout ça tout ça), de préférence un pickup que nous pourrions aménager pour le road trip et le camping, en tout cas, une voiture qu’on ne trouve pas facilement en Europe, histoire de pouvoir profiter d'un gros moteur sans devoir payer les frais énormes qui y sont liés. 

Premier problème

 

Nous sommes au fin fond de la campagne. Sans voiture, de toute évidence. Comment se déplacer pour aller voir des occasions dans les environs ? Surtout que bon, c’est pas comme s’il y en avait beaucoup. Il s’est avéré qu’enfait, la plupart des voitures qui nous plaisaient et qui étaient dans notre budget se trouvaient dans la banlieue de Montréal -> oups

Nous avons passé presque deux semaines à chercher et nous n’avons rien trouvé dans les environs. De plus, nous nous sommes rendu compte que le type de voiture que l’on voulait dépassait largement notre budget. Puis un jour, Richard nous a proposé de prendre son samedi et de nous emmener voir des voitures dans la banlieue d’Ottawa, qui se trouve à +- 1h30 de la ferme. Nous n’avions « plus qu’à » trouver des occasions là-bas, convenir d’une heure avec les vendeurs et prier pour que notre future voiture se trouve dans le tas ! Étonnement, nous avons trouvé beaucoup de véhicules qui pouvaient nous convenir. Enfin, sur photos en tout cas ! Et puis nous avions nos coups de cœur aussi. Nous avons donc élaboré notre liste en fonction et puis nous avons appelé l’assurance, pour connaître la marche à suivre et pour s’assurer que tout était ok, surtout par rapport à notre permis de conduire international. Plusieurs personnes nous ont conseillé de choisir Desjardin, ce que nous avons fait. En plus, ils ont des bureaux en Ontario (car pour avoir une plaque d’immatriculation en Ontario, il faut avoir une assurance en Ontario et donc, une adresse en Ontario) Bonus : ils parlent français. La dame au téléphone nous assure que tout est ok « y’a plus qu’à acheter la voiture et nous rappeler » ! Fort bien.

C’est ainsi qu’un samedi, nous sommes parti avec Richard vers Ottawa.


Il faut savoir que Rick est un mécano passionné, du coup nous savions que nous pouvions compter sur ses conseils avisés !

Nous avions 3 voitures « coup de cœur » : un Toyota Tundra, un Ford F150 et un Toyota FJ Cruiser. Les 2 premiers véhicules étaient juste POURRIS, littéralement bouffés par la rouille, ce qu’on n’avait pas vu sur les photos. « Lipstick on a pig » comme dirait Rick. J’avoue que j’avais un peu peur que ce soit le cas avec le FJ Cruiser parce que c’était vraiment mon préféré de tous !

 

Il se trouvait dans un dealership, comme ça s’appelle ici. Un revendeur de voiture d’occasion, en somme. Le point positif est que ce dealership est réputé pour vendre des voitures de bonne qualité (pas des poubelles). Nous avons eu l’occasion d’essayer la voiture et nous l’avons immédiatement adoptée. Elle s’appellera Delta (en honneur au County dans lequel nous avons vécu 5 semaines et aussi parce que... Delta de Mumford & Sons)


On signe le contrat de vente, on demande l’immatriculation, parfait, on peut revenir la chercher dans une semaine.

Deuxième problème,


Le lundi suivant, nous rappelons l’assurance pour effectuer nos démarches. Et là, la dame nous dit qu’elle ne peut pas nous assurer parce que nous n’avons pas un permis de conduire émis en Ontario (ou au Canada)
 

                                                                                             WHAT. THE. HELL.

Nous avons passé 4h au téléphone à parler à des courtiers différents pour trouver une solution parce que bon, ils sont bien mignons mais une semaine avant, ils nous disaient que tout était ok. Et quand finalement nous avons un manager au téléphone, celui-ci nous annonce qu’enfait, la loi à ce propos a changé le vendredi d’avant (soit la veille de l’achat de Delta)

 


    En gros, 2 solutions s’offraient à nous.

  • La première, aller échanger notre permis de conduire nationale contre un permis de conduire de l’Ontario, payer des frais et abandonner notre permis de conduire national (à jamais?)

  • la deuxième, faire assurer la voiture au Québec.

Nous avons appelé Desjardins Québec, qui était tout à fait d’accord de nous assurer, même avec un permis de conduire international. Mais pour avoir une assurance auto au Québec, il faut que la voiture soit certifiée et immatriculée là-bas. Nous avons donc demandé au dealership d’emmener la voiture de l’autre côté de la frontière pour passer le contrôle technique (l’avantage avec Ottawa, c’est que le Québec est juste à côté)

Il ne nous reste plus qu’à aller chercher notre plaque d’immatriculation au Québec. Petit détail, nous avons dû fournir une adresse québécoise pour l’assurance. Nous avons utilisé celle du Airbnb dans lequel nous avons séjourné lorsque nous sommes arrivés à Montréal, avec l’accord de notre hôte, bien entendu.

Troisième et dernier (?) problème

Lorsque nous nous sommes rendus au Québec pour aller chercher notre plaque d’immatriculation, nous pensions que la saga était enfin clôturée. Et bien non ! Certes, nous étions en ordre niveau assurance et la SAAQ n’a pas été trop perturbée par notre permis de conduire international. MAIS au moment où la gentille dame allait enfin nous remettre notre plaque d’immatriculation, elle nous a annoncé le prix que nous devions payer et je peux vous dire, que nous n’avons pas rigolé. Je vous explique.


Lorsque nous avons acheté la voiture au dealership en Ontario, nous avons payé les taxes de vente qui s’appliquent à l’Ontario (au Canada, il faut toujours ajouter des taxes de vente, 5% de taxes fédérale et x% de taxes provinciales au prix d’achat) en Ontario, c’est 8% donc 13% en tout. Je vous laisse rapidement faire le calcul de ce que nous avons dû donc rajouter au prix de la voiture…) ET étant donné que nous avons décidé de faire immatriculer la voiture au Québec, nous avons dû repayer des taxes, mais pour le Québec cette fois (15% du prix d’achat) autant vous dire que ça fait mal, surtout que du coup, nous avons payés les taxes 2 fucking fois. Mais bon, c’est comme ça. Nous avons relativisés. Nous nous sommes dit qu’au moins, après avoir payé cette douloureuse facture, nous pourrions repartir assurés et immatriculés.


Et voilà, c’est donc ainsi que se termine cette saga ! Depuis, nous filons le parfait amour avec Delta.

Trucs et astuces

Avant de partir, fixez un budget. Des voitures d'occasion, il y en a des milliers, pour tous les goûts et pour tous les budgets. Mais soyez conscient que qui dit petit budget dit voiture pas forcément en bon état. Achetez une voiture à 2,000$, c'est possible! Mais il se peut qu'elle ne tienne pas jusqu'au bout. Il faut s'attendre à devoir faire des frais, effectuer des réparations, parfois coûteuses. Il est possible que tout se passe bien, mais c'est un facteur à prendre en compte lors de l'élaboration du budget.

L'assurance


Nous avons choisi la couverture minimum (ce qui est généralement le cas lorsque vous achetez une voiture d'occasion à "petit" prix). Pour 1 an, nous avons payé 369$ soit environ 251,34€. Oui oui, vous avez bien lu.

Inutile de vous dire que c'est un SUPER PRIX. Nous avons appris, plus tard, que dans les autres provinces et avec d'autre assureurs que Desjardins? ça coûte BEAUCOUP plus cher. Genre, vous payez ce prix là pour 1 mois. On a eu beaucoup de chance, pour le coup.

 

Si comme nous, vous ne comptez pas vous établir dans une province en particulier et vous comptez faire beaucoup, beaucoup de km, évitez de le préciser lors de votre souscription. 

Bien choisir sa voiture pour un road trip au Canada 

 

  • Regarder à la consommation. Si la voiture de vos rêves est un gros pickup Chevrolet V8, soyez conscient qu'il consommera BEAUCOUP plus qu'un Dodge Caravan. À prendre en compte lorsqu'on compte parcourir beaucoup de km.

  • Préférer un 4x4 ou AWD (all wheel drive), c'est quand même vachement plus safe l'hiver et vous serez sûr de pouvoir aller partout avec votre véhicule.

  • S'équiper de pneus neige ou 4 saisons (obligatoires les mois d'hiver dans certaines provinces/régions du Canada).

Si vous souhaitez parcourir beaucoup de km et que vous voulez pouvoir compter sur votre véhicule, il est préférable que celui-ci ne dépasse pas les 250 000km au compteur. Ca peut vous paraître déjà beaucoup, mais les moteurs nord-américains sont différents de ceux que nous avons en Europe. Ils sont plus puissant et vivent beaucoup plus longtemps. Ensuite, si vous voulez être sûr que votre voiture respecte un minimum les normes de sécurité, il faut vous assurer que celle-ci soit vendue avec le contrôle de sécurité. A un moment donné, vous trouverez probablement la voiture de vos rêves pour un super prix mais vous remarquerez que celle-ci est vendue « as is ». Fuyez ! Ca veut dire que le propriétaire ne souhaite pas l’emmener au contrôle de sécurité. Sauf que vous avez impérativement besoin de ce contrôle pour la faire immatriculer. Et la plupart du temps, les voitures vendues « as is » nécessitent des réparations pour passer la sécurité, réparations que vous devrez du coup prendre en charge. Et ça peut faire mal.

 

La rouille peut également s’avérer être un gros problème et elle est très fréquente au Canada, elle est causée par le sel épandu sur les routes les mois d’hiver. Si la voiture n’est pas traitée contre la rouille, celle-ci peut causer de gros dégâts. Pensez donc à vérifier l’état général et le dessous de la voiture. Préférez également un véhicule vendu avec des pneus hivers ou 4 saisons, ça peut s’avérer utile…

Kijiji auto et Market Place (Facebook) sont les deux plateformes de référence en terme de vente de véhicule d’occasion. Il y en a évidemment pour tous les goûts et pour tous les budgets. Si vous achetez à un particulier, vous payerez la taxe de vente de la province dans laquelle vous vous trouvez au moment de l’immatriculation. Si vous achetez dans un garage, vous payerez la taxe de vente au moment de l’achat. L’avantage d’acheter dans un garage est que la plupart du temps, votre véhicule vous sera livré avec le contrôle technique et la plaque d’immatriculation.

Pssssst, n’hésitez pas à négocier le prix, ça se fait !

AMENAGER

UN 4X4

Vous voulez voir comment Thomas a aménagé notre voiture pour notre grand voyage ?

Pour suivre nos aventures et celles de Delta, n’hésitez pas à vous abonnez sur Instagram et à regarder nos stories!

  • Instagram
  • Gris Spotify Icône
© Anne-Sophie Piron & Thomas Rodriguez